Ces dinosaures qui ne veulent pas crever

Salut !

Mais de quoi parle t-il ? Des dinosaures ? oO Oui bon voilà, j’avais déjà parlé de dinosaures dans une traduction, le premier billet de ce blog d’ailleurs. On y parlait des Grateful Dead ♥, des vieux modèles économiques (aka les dinosaures) et de culture libre. Ces derniers temps, il y a un dinosaure que je trouve un peu trop envahissant, la télé, ce concept complétement dépassé. En effet dernièrement, il y a un projet de loi pour étendre la redevance audiovisuelle à tous les appareils connectés. Et cela me fait chier m’ennuie au plus haut point. Je vais tenter de résumer en quelques points pourquoi ce projet de loi est une aberration.

lavagecerveau

Ma génération délaisse de plus en plus la télévision pour l’Internet, beaucoup comme moi ne la regardent même plus. En effet, pourquoi se condamner à regarder un truc bêtement et passivement, qui nous passe des programmes à heure fixe (sans parler de la débilité de la majorité des émissions à la télévision) ? Franchement je n’ai aucune intention de financer ce truc, Internet permet au contraire d’être actif, de s’exprimer, de suivre des cours, d’apprendre des langues étrangères, etc. Pourquoi devrais-je financer un truc que je ne vais jamais regarder ? Tout ça pour que certains regardent du sport au lieu d’en faire, ou s’abêtissent devant des jeux télévisés abrutissants ? Non merci !

Internet permet enfin de s’exprimer librement, ce droit de la Déclaration des droits de l’Homme qui était resté virtuel jusque là. Benjamin_Bayart s’essaye des fois à un jeu assez marrant. Quand il fait une conférence, il demande qui dans la salle est déjà passé à la télé/à la radio, ou a déjà publié dans un journal. Les réponses positives sont toujours assez rares. Puis il demande qui a publié sur Internet. Et là on a une majorité de réponse positive. On a beaucoup parlé du rôle d’Internet pendant le printemps arabe. Internet donne du pouvoir au peuple. C’est la raison pour laquelle il est si mal vu par ceux qui font la pluie et le beau temps dans ce pays. Je ne résiste pas au passage à faire une dédicace à Frédéric Beigbeder qui a tellement de considération pour le réseau des réseaux : « Internet, c’est l’empire de la méchanceté, de la bêtise ; n’importe quel abruti a droit au chapitre. » Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais tant qu’à avoir une mauvaise réputation, autant qu’elle soit justifiée.

L’ONU a officiellement reconnu que l’accès à Internet constitue un droit humain dernièrement. Est-il encore nécessaire d’apporter une preuve de son caractère indispensable ? On ne peut pas en dire autant de la télé. Je n’ai encore jamais vu que l’ONU avait dit que l’accès à une télévision constitue un droit humain. Paf ! Et que veut-on faire en France ? Rendre l’accès à cet outil plus difficile… pour subventionner un dinosaure qui ne veut pas clamser. Il est intéressant d’ailleurs de relever que la loi Hadopi, votée sous le gouvernement Sarkozy, avait été décapitée par le conseil constitutionnel, pour entrave à la liberté d’expression. Il semble que le gouvernment socialiste n’apprécie pas beaucoup l’article 11 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme non plus.

Le dinosaure, non content de jouer la sangsue et prétendre qu’il est indispensable… n’est pas accessible de manière universelle sur Internet, faisant ainsi fi de son obligation de service public. En effet, j’ai vérifié que si on veut accéder à la vidéo d’une emission sur un site de la télévision publique, on nous impose le plugin Flash. Et Flash, c’est le mal, laissez-moi vous expliquer en deux mots pourquoi. Pour les libristes comme moi, qui utilisons donc des systèmes d’exploitation libres, le plugin Flash est détesté. Il est instable, consomme énormément de ressources (processeur et ram), plante souvent, est très instable quand on a réussi à l’installer, et pour parfaire le tout il n’est même plus maintenu. Plus grave, c’est un logiciel propriétaire, ce qui va à l’encontre de notre philosophie. Il faut choisir entre regarder une émission et accepter un code inconnu, et dans ce dernier cas perdre le contrôle sur notre machine. Donc on ne veut pas utiliser Flash. Dans mon cas je ne peux même pas l’utiliser. J’ai un netbook assez peu véloce, et une lecture avec Flash sera au mieux saccadée. D’ailleurs Apple a tout bonnement décidé de l’interdire sur les Ipads. Comme quoi il n’y a pas besoin d’être libriste pour le détester. Donc Adieu le service de la télévision publique sur Internet.

Cette taxe sur les connexions Internet ne serait pas la première. Sous Sarkozy une taxe Copé avait déjà été instaurée, ponctionnant 0,9 du chiffre d’affaires des fournisseurs d’accès Internet pour compenser le manque à gagner suite à la fin de la publicité à la télévision. On paye déjà pour ce satané dinosaure. Visiblement il a encore faim et veut nous sucer le sang jusqu’au bout…

Vus : 581
Publié par slystone : 18