[Star Wars] Rey, Luke et Mary-Sue.

Je n'avais jusque là qu'à peine évoqué Star Wars sur ce blog : pour bien démarrer cette nouvelle année, peut-être est-il temps de rectifier le tir.

Commençons par situer quelque peu le point de vue qui est le mien sur le sujet. Comme tout un chacun, je suis tombé dedans quand j'étais petit. J'ai vu les six films (Holiday Special ne compte évidemment pas), en commençant par la trilogie fondatrice. J'ai également lu leurs équivalents en livres, ainsi que pas mal de romans de l'« univers étendu » que je serais bien en peine de tous vous lister là comme ça, mais dont la plus grosse partie porte sur ce qui arrive après l'épisode Ⅵ.

Je n'ai en revanche à peu près rien vu des différentes séries d'animation et à peine entrouvert les différentes encyclopédies sur l'univers. Pas plus que je n'ai joué aux jeux vidéos(1), ni exploré tout ce qui a été fait (notamment pour le jeu de rôle, il me semble) autour de l'ancienne république. Bref, j'aime beaucoup l'univers, mais je n'en suis pas non plus un fan absolu. En tout cas, et quoique je sois assez bon public(2), je garde un peu d'esprit critique pour voir ça, y compris en ce qui concerne la trilogie fondatrice.

Et c'est donc à ce sujet que j'écris cet article, puisque l'un des reproches que je lis le plus fréquemment concernant la nouvelle série de films est que Rey, contrairement à Anakin et à Luke, arriverait à maîtriser complètement la force sans aucun effort et sans avoir eu besoin d'une quelconque formation. C'est bien évidemment aux quelques mots que je viens de souligner que je vais m'attaquer dans cet article 😇


Précisons également que je vais bien sûr parler de mon point de vue, c'est-à-dire en intégrant les connaissances sur l'univers que j'ai acquis dans les romans. Je sais bien qu'on va me rétorquer que l'« univers étendu » a été sorti du canon (à voir l'importance qu'on peut y accorder), mais pour ce dont nous allons parler ici, les lumières qu'apportent ces livres sur la façon dont fonctionne la Force (et le reste) me semblent rester recevable même si les événements ont changé. D'autant que le plus gros de ce que j'ai à dire est basé sur les films d'origine.

Bien sûr, pour les gens qui n'auraient pas encore vu Les derniers Jedis, dernier film sorti au cinéma à l'instant où j'écris ces lignes, mais projetteraient de le faire avant de les avoir oublié : je vais faire mon possible pour parler de quelques événements sans trop dévoiler l'intrigue ; mais je ne peux évidemment pas promettre de ne pas vous spoiler sans le vouloir.


father.png


Luke n'est pas le plus puissant des Jedi

Voilà, autant commencer par là. Luke Skywalker est sans doute un Jedi assez puissant, mais ça n'a en fait jamais été vraiment précisé. « La Force est puissante en sa famille », nous disent les films, mais les événements font qu'on n'a pas tellement de point de comparaison. De ce qu'on peut voir dans la prélogie, même en tenant compte du changement de génération d'effets spéciaux, ses prouesses n'ont rien de particulier vis-à-vis du jedi moyen de l'ancienne république.

Dans les romans, il y a au moins un jedi plus puissant que Luke : Kyp Durron, l'un des premiers padawans du « nouvel ordre Jedi » (qui se trouve d'ailleurs manquer de peu basculer vers le côté obscur lors de sa formation, l'histoire de Ben Solo n'est pas entièrement inédite). La différence de puissance entre Luke et Kyp s'illustre par exemple dans la guerre contre les Yuuzhan Vong, où Luke réalise une manipulation à distance(3) tellement éprouvante qu'il s'évanouit au terme de l'opération. Kyp, un peu plus tard, reproduit la même prouesse… mais en sort juste un peu groggy.

Un autre exemple arrive beaucoup plus tôt dans la saga, mais compare cette fois Kyp à Leia. Tout (du fait qu'ils soient jumeaux à la discussion entre Obi-Wan et Yoda dans le Ⅵ) indique cependant que Luke et Leia ont le même potentiel l'un que l'autre. Le roman pose que les personnes sensibles à la Force ont une sorte de réflexe qui empêche de sonder leur esprit d'une certaine manière. En tentant sur Leia, Luke est légèrement repoussé. En tentant sur Kyp (qui n'a, je crois, encore que très peu de formation à ce moment), il est carrément éjecté hors de la pièce.

Bref, tout ça pour dire : Luke est un Jedi plutôt doué, mais n'a pas spécialement de raisons d'être le meilleur toutes catégories : qu'une autre personne sensible à la Force se montre plus apte que lui à en maîtriser les arcanes est parfaitement recevable.

Et pourtant…


Don't Grow Up! (It's a trap!)


La durée de la formation

Rey, nous sommes d'accord, n'a simplement aucune formation à l'usage de la Force dans l'épisode Ⅶ, où elle réalise une bonne partie de ses prouesses. Tout ce à quoi elle a droit, c'est une petite discussion avec Han Solo, pas sensible à la Force pour deux sous, qui lui dit seulement que les légendes sur les Jedis sont vraies, ça n'aide pas des masses. Dans le Ⅷ, Luke lui explique un peu la théorie, mais guère davantage.

C'est clairement insuffisant vis-à-vis des Jedis de l'ancien ordre, qui étaient enrôlés dès le berceau (Yoda commence par déclarer qu'Anakin est trop vieux pour être formé, alors que celui-ci n'a qu'une dizaine d'années à ce moment), et ne deviennent pas chevaliers avant d'avoir atteint la vingtaine (Ce même Anakin a encore la tresse caractéristique du Padawan dans l'épisode Ⅱ, qu'Obi-Wan lui-même portait d'ailleurs dans le Ⅰ).

Mais qu'en est-il de Luke ? Il passe pas loin de vingt ans de sa vie (il a 19 ans dans l'épisode Ⅳ, il me semble) sans même entendre parler de l'existence de la Force, avant de tomber sur deux droïdes qui l'amèneront à en discuter avec Obi-Wan (tandis que la remarque de Han Solo montre que Rey, elle, connaît sans doute ça au moins de légende). Il prend sa première leçon théorique chez le vieil homme, qu'il a l'occasion d'observer accomplir quelques bricoles dans la foulée, et débute son premier exercice pratique à bord du Faucon pendant le trajet vers Alderaan.

Je ne sais plus si la durée du voyage est précisée, mais en tout cas, même avec les quelques conseils que lui souffle le spectre d'Obi-Wan par la suite, ça ne fait pas lourd. Le gros de sa formation est censée se produire ensuite, avec Yoda, sur Dagobah.

Mais, là encore, combien de temps dure cet épisode ? Nous n'avons qu'un seul moyen de mesurer : en regardant ce qui arrive à Han et Leia pendant ce temps. À savoir, passer un petit moment accrochés sur un destroyer impérial, puis faire une brève escale dans un ver d'astéroïde, et mettre le cap sur Bespin où ils tombent presque aussitôt sur Vader. Il y a quelques sauts en vitesse lumière entre deux, mais ceux-ci ne sont a priori pas particulièrement longs, puisque Luke, parti de Hoth en même temps qu'eux et transitant par Dagobah, arrive à la cité des nuages au plus quelques heures après la cryogénisation de Han : on voit mal comment le même trajet avec une escale de moins pourrait durer des jours.

La durée totale de son entraînement sur Dagobah ne semble donc pas excéder une grosse journée. Il part ensuite échouer à sauver Han, et son seul autre contact avec ses maîtres Jedis pour tout le restant de la trilogie est son bref retour dans l'épisode Ⅵ, où Yoda n'a que le temps de lui dire que, finalement, il est prêt, avant de mourir de vieillesse.

Mettons donc deux jours de formation à tout casser(4) pour être jugé prêt à affronter, ensemble, le Sith qui a tué Obi-Wan et celui qui a pris le dessus sur Yoda. Rey fait peut-être des miracles, mais elle n'a pas l'aval de deux maîtres de l'ancien ordre pour ça, elle.


Happy holydays from the Dark Side


Le talent au sabre

Mais le temps de formation ne fait pas tout : ce qui est étudié compte aussi. Dans le Ⅶ, Rey est fustigée notamment pour avoir pu tenir tête à Kylo Ren le sabre à la main à la fin de l'épisode. Il a souvent été évoqué, en réaction, la blessure de son adversaire : celui-ci venait de se manger un tir d'arbalète laser de Chewie(5), ce qui, évidemment, ne l'aidait pas à combattre.

Mais il n'y a pas que ça. Le dernier film a d'ailleurs choisi d'insister quelque peu sur ce point : c'était certes le premier combat au sabre de Rey, mais elle disposait tout de même d'un entraînement assez important avec son bâton, qui semble se manier d'une manière quelque peu similaire. Ça doit quand même pouvoir jouer.

De son côté, quelle expérience à Luke ? D'abord, il était fermier, pas ferrailleur en zone dangereuse, et son oncle Owen et sa tante Beru semblaient particulièrement anti-militaristes. Aucune formation initiale de son côté, donc.

Ensuite, son entraînement : il sort bien le sabre lors de son exercice à bord du Faucon, mais seulement pour dévier de petits tirs envoyés par la sonde. Je doute que ça puisse aider qui que ce soit à faire face à un adversaire maniant un autre sabre. Sur Dagobah, il y a bien l'épisode dans la grotte, sous l'arbre. Mais c'est à peu près tout : l'essentiel ce qu'on le voit faire avec Yoda, c'est courir en portant ce dernier.

Alors, certes, il perd une main lors de son premier face-à-face avec Vader, et ne laisse pas son adversaire hors de combat au sol. Mais il tient tout de même tête un moment, et surtout, n'a pas spécialement plus d'entraînement lors des combats de l'épisode Ⅵ, desquels il se tire plutôt bien. Or, Vader est manifestement d'un niveau au sabre assez proche de celui d'Obi-Wan (leurs duels des épisodes Ⅲ et Ⅳ en témoignent), et Obi-Wan était censé être l'un des meilleurs bretteurs de la guerre des clones(6) : Luke parvient donc à tenir tête à l'élite du domaine sans avoir prit la moindre leçon d'escrime.


I find your lack of faith disturbing


La télékynésie

Dans l'épisode Ⅷ, il me semble que ce qui fait le plus râler concernant les pouvoirs de Rey est la scène où elle déplace sans grand effort apparent une masse assez importante de rochers. C'est vrai que cela peut sembler beaucoup, quand elle n'avait fait auparavant dans le genre que déplacer de menus objets à distance. Et pour le coup, on pourrait se souvenir que Luke, lui, avait échoué à sortir son vaisseau du marécage où il s'était embourbé.

Mais ce serait oublier un peu vite les paroles de Yoda à cet instant. Car le petit maître Jedi explique très clairement à Luke que la taille ne compte pas : sortir le vaisseau de là n'est, pour un Jedi (n'importe quel Jedi, ce n'est manifestement pas une question d'entraînement) pas plus difficile que de sortir son sabre de la glace, ce qu'il a fait sur Hoth au début du même film (et que Rey a eu plusieurs fois l'occasion de faire auparavant sans que ça ne semble aussi choquants à nos esprits désespérément terre-à-terre pour lesquels la masse influe tout de même quelque peu).

On pourrait objecter qu'il ne s'agit pas que de taille ou de masse : il y a un grand nombre de rochers à déplacer (dans des directions différentes, d'ailleurs), ce qui est peut-être – je ne me souviens pas que ce point ait été spécifiquement tranché, ni dans les films, ni dans les romans – plus dur que d'en déplacer un seul. Mais il me semble me souvenir que Luke, au cours d'une séance de méditation, peut soulever assez facilement plusieurs des objets qui l'entourent (dont notamment R2-D2). Ce n'est donc pas ici le point essentiel.

La différence entre Rey et Luke ne tient donc pas ici d'une question de formation, ni d'ailleurs spécialement d'une différence de puissance dans la force : il s'agit essentiellement de foi. Rey réussit parce qu'elle part de la conviction que la chose est possible, là où Luke a échoué parce que, pour sa part, il doutait – on notera que ses doutes, même si c'est à d'autres niveaux, sont assez importants dans la trame de l'épisode.

Précisons encore ici que la différence de foi entre ces deux personnages est loin d'être surprenante, compte tenu de leurs situations respectives au moment de l'histoire où la chose se produit : même depuis que l'une et l'autre ont appris l'existence de la Force, Rey a eu largement plus d'occasions d'observer et même de subir ses effets que Luke (je ne pense pas avoir besoin de préciser si vous avez vu le film).


There are(n't) the droids you're looking for (merci à Nobody)


La suggestion psychique

Revenons donc à ce qui avait attiré les foudres de pas mal de gens dans l'épisode Ⅶ : la façon dont Rey, toujours sans formation aucune, parvient à manipuler un stormtrooper(7) pour se faire libérer. Pouvoir on ne peut plus canon, puisque c'était l'un des tours favori d'Obi-Wan dans les épisodes Ⅱ et Ⅳ, mais dont on peut effectivement se demander comment quelqu'un qui n'a jamais rien vu de pareil peut deviner spontanément comment faire.

Sauf que… on peut difficilement dire que Rey n'a jamais rien vu de pareil à ce moment du film : elle vient au contraire de subir un interrogatoire, de la part de Kylo Ren, qui reposait précisément sur l'usage de ce pouvoir. Non seulement elle a vu, mais elle a surtout subi. Et comme je le mentionnais plus tôt, l'univers étendu posait l'existence d'un réflexe propre aux Jedis dans un cas relativement proche. Cela ne s'applique manifestement pas ici (elle a réussi à tenir tête à Kylo Ren, mais sans l'envoyer valser dans la pièce à côté), mais si l'on accepte qu'une telle chose soit envisageable, alors il n'y a rien de particulièrement surprenant à supposer que Rey ait pu avoir suffisamment conscience de ce que Kylo Ren tentait sur elle pour comprendre comment reproduire la même chose ensuite sur quelqu'un d'autre.

Mais allons plus loin : qu'en est-il de Luke dans la trilogie fondatrice ? On le voit faire appel à un pouvoir analogue au début de l'épisode Ⅵ. Sur l'intendant de Jabba, qui plus est : on peut s'attendre à ce que les gardes gamoréens et les stormtroopers soient à peu près aussi facilement manipulables les uns que les autres, mais le Twi'Lek, a priori, pourrait se montrer un brin plus résistant, et la réussite de Luke à ce niveau semble donc plus impressionnante que celle de Rey.

Lui sait aussi que la chose est possible, puisqu'il a vu Obi-Wan le faire un peu plus tôt. Mais il n'en était pas la cible, et n'a donc a priori aucun moyen de savoir comment s'y prend son maître à ce moment. La leçon à bord du Faucon ne semble pas porter spécialement sur ça. Peut-il avoir appris auprès de Yoda ? Difficile, si l'on considère que le seul être pensant à proximité d'eux à ce moment est un droïde, et que ça ne marche a priori que sur les êtres organiques. Il faudrait donc (sans que cela ne soit montré à l'écran) que Yoda use de ce pouvoir sur Luke pour qu'il comprenne comment ça marche, ce qui rendrait légitimerait la façon dont Rey a compris la chose, mais qui me semble douteux de la part du maître Jedi, ou que Luke s'exerce sur Yoda à partir d'explications purement théoriques, mais je doute alors du succès des exercices(8).

Bref, il faut donc conclure : même en rallongeant arbitrairement la durée de sa formation sur Dagobah au delà de ce qui est cohérent, il est à peu près impossible que Luke, au début de l'épisode Ⅵ, ait eu l'occasion de s'entraîner sous le contrôle d'un maître à influencer quelque esprit que ce soit. Sa prouesse n'a donc aucune raison objective de nous paraître plus crédible que celle de Rey à ce niveau.


Young Clone, there's no need to feel down.


Le don de prescience

Terminons par un cas qui est curieusement passé beaucoup plus inaperçu dans le dernier film, mais qui pourrait pourtant soulever davantage d'interrogations : quelqu'un meurt dans le film à quelques systèmes solaires de l'endroit où elle se trouve, et Rey déclare l'avoir senti. C'est un pouvoir auquel nous sommes habitués de longue date : nous avions, dans l'épisode précédent, pu voir Leia réagir à distance à la mort de Han Solo, et dès l'épisode Ⅳ, Obi-Wan avait été assez touché par la destruction d'Alderaan.

Oui, mais : Luke se trouvait juste à côté d'Obi-Wan à cet instant, et n'avait, pour sa part, rien senti du tout. Il parvient en revanche, dans l'épisode Ⅴ, à entendre l'appel de détresse(9) de celle dont on ne sait alors pas encore qu'elle est sa sœur, au cours d'une méditation (et par la suite, dans les romans, il perçoit des événements lourds en morts simultanées dans les mêmes conditions qu'Obi-Wan). Il faut donc induire ici que ce type de perceptions demande également un certain entraînement, et la très courte formation sur Dagobah aura au moins servi à ça.

Les semblants de leçons prodiguées par Luke à Rey sont-ils en mesure de lui suffire à aiguiser à ce point ses sens ? Puisque cela n'a semblé choquer personne (il faut dire qu'après les discussions à distance avec Ben Solo…), nous allons supposer que oui, mais ce point pourrait pourtant, somme toute, être la moins crédible des prouesses de Rey au vu de ce que nous apprenait la trilogie fondatrice (et aussi la moins spectaculaire, certes).

Notons, dans le domaine général de la prescience, que le pouvoir auquel Luke fait appel à la fin de l'épisode Ⅳ, lorsque la voix d'Obi-Wan l'incite à se fier à la Force plutôt qu'à ses instruments (et auquel Rey n'a, je crois, pas encore vraiment fait appel), est pour le coup le plus crédible de tout ce que Luke, lui, a fait dans cette trilogie : non seulement la leçon d'Obi-Wan à bord du Faucon portait à peu près là-dessus, mais il mentionne qu'il s'entraînait à des prouesses du même genre avec des speeders sur Tatooine, signe qu'une partie au moins des pouvoirs de Jedi peuvent s'utiliser de manière innée.

Il n'empêche que, quand on regarde dans le détail, Luke n'était, dans la trilogie fondatrice, pas tellement plus crédible que Rey ne l'est dans celle-ci, sans que cela ne soulève tant de râleries. Pourquoi cette différence ? Après l'épisode Ⅶ, j'avais d'abord mis ça sur le compte de la façon de présenter les choses : la trilogie fondatrice nous montre un Luke ayant tout de même des difficultés, tandis que Rey arrive à tout (elle n'a même pas de main coupée à la fin du second épisode, contrairement à ses deux prédécesseurs !), et semble fidèle à nombre de clichés de la Mary-Sue (d'où le titre de cet article).

Mais une autre critique négative lue à plusieurs endroits concernant le dernier film m'incite à peut-être envisager différemment les choses…


L is for Luke and Leia


Mais au fait, parlons de Leia…

Cette critique porte sur la scène où l'on voit la princesse, après avoir été catapultée dans l'espace, rejoindre bras tendu, façon Superman son vaisseau. Ce serait, à part des intuitions, la seule fois où on la voit utiliser la Force dans toute la saga cinématographique, ai-je même lu. Il est vrai que, même dans les romans, d'ailleurs, elle est davantage politicienne et stratège que Jedi.

Pour autant, elle utilise bel et bien la Force dans la trilogie fondatrice : au minimum pour appeler Luke à l'aide à la fin de l'épisode Ⅴ (Ou plutôt entendre son appel à lui(9)), mais vraisemblablement aussi pour tuer Jabba dans le Ⅵ, étrangler une telle créature semblant assez peu accessible à un être humain par sa seule force physique(10). Et, comme nous l'avons évoqué plus tôt, le fait qu'elle parvienne à percevoir des choses à distance dans la nouvelle trilogie semble indiquer que son frère a dû lui donner quelques cours à un moment donné.

De plus, réfléchissons à ce qui est en jeu, dans ce cas : rien de plus qu'un peu de télékynésie assez classique. Au lieu de faire bouger le vaisseau, c'est elle qui se déplace, mais à part ça, tout correspond. Y compris, justement, cette main tendue vers l'un des deux objets concernés. Et cela semble à la portée de tout Jedi (J'allais souligner de nouveau que Luke soulève R2-D2 en méditant sur Dagobah, mais puisque Yoda souligne que la taille ne compte pas, pensons plutôt aux sabre-lasers qui volent en tous sens tout au long des six films).

Le fait qu'elle soit à ce moment dans l'espace, sans air, doit bien sûr jouer, mais, une fois encore, je me réfère à ce que j'ai lu dans les romans : Luke, encore lui, est confronté au vide spatial à plusieurs reprises et s'en tire au moins aussi bien. De plus, le fait qu'elle n'ait aucun point d'appui peut aider à justifier le fait que ce soit elle qui bouge plutôt que le vaisseau.

Mais c'est Leia, comme c'était Rey pour le reste des reproches. Les deux seules femmes sensibles à la Force que l'on nous montre explicitement au cours des films(11). Or, les personnages féminins puissants sont trop souvent mal perçus par notre imaginaire collectif. Et donc, j'en viens à me demander si ça ne jouerait pas aussi un peu dans la différence de perception que nous avons de la facilité qu'ont les uns et les autres à maîtriser la Force, avec ou sans formation…



Naturellement, la version audio de l'article utilise les musiques de John Williams, et plus précisément les thèmes d'ouverture et de fermeture, la Marche Impériale et le thème de la taverne de Mos Esley (The Cantina Band). Mais également des extraits de Song for Jedi, par Dionysos, Adieu monsieur le professeur, par Hugues Aufray, Tu jongles avec ma vie par Jean Lapointe (dédicace à feu Raymond Devos, qui la chantait dans l'un de ses sketchs). Ainsi que des extraits de dialogues des films, par Leia, Luke, Yoda et Obi-Wan.

Vus : 223
Publié par Elzen : 132