Comment je me suis fait arnaquer par la RATP

Schgrmbl !

Bon, le titre l’annonce direct, j’ai une dent contre la RATP. Mais avant d’en arriver là, il est nécessaire que je vous parle un peu de moi, ma life, mes hobbys, mon usage du roller.

Donc quand je ne suis pas derrière un écran, je suis souvent sur mes roues à sillonner Paris, c’est un moyen de déplacement plutôt pratique. Et si c’est très plaisant, cela ne relève pas toujours d’un long fleuve tranquille. Il n’est pas rare de se faire klaxonner par des automobilistes, quand ils n’essayent pas tout bonnement de t’écraser.
Par exemple l’autre jour, le trottoir était imbitable impraticable, donc je vais faire un petit tour sur la route, avant de me faire sauvagement klaxonner, et qu’un passager énervé baisse la vitre et me déverse un torrent d’insultes. Ce n’était pas pour papoter, ils sont partis direct, pas le temps de répondre, juste de la haine à déverser (le type doit être mal baisé). Bref, il y a quelques années il aurait été dans le vrai, mais c’est con pour lui car il fait erreur. En effet, un type à roller a pendant longtemps été considéré comme piéton, on n’avait même pas droit aux pistes cyclabes. Puis en 2006 le ministère s’aperçoit que ce n’est pas tout à fait juste, donc ils commencent à réfléchir, et en 2009 un amendement est arrêté. Champagne ! On a enfin droit de quitter le trottoir s’il est trop encombré, ou s’il est impraticable. Cela vaut pour la ville, et la campagne, on a le droit à la route s’il n’y a pas de trottoir, n’en déplaise à certains.

Donc armé de cette certitude, je trace ma route joyeusement, riant quand on m’invective, en prenant soin toutefois de rester en vie. Et comme des fois je suis pressé par le temps, et bien je fais comme tout francilien, je prend le métro/RER. Pour cela, l’abonnement avec un passe Navigo coûte une blinde (vers les 90€). La RATP c’est à priori un business plutôt juteux, et c’est sans compter les revenus publicitaires avec leurs panneaux d’affichage qui sont plus grands que toi. T’as droit de payer, mais t’as aussi droit de donner de ton temps de cerveau ! Bref, je prends le métro pour rejoindre une amie qui fait ses premiers patinages en roller. Je descend au métro Montparnasse pour la rejoindre, et là paf, un controlleur me demande mon titre de transport. Je lui donne. Et là il me dit que j’ai des rollers aux pieds, et que je dois m’acquitter d’une amende de 60€. Donc je lui dis que je suis surpris, que je ne savais pas, et que le code de la route nous considère comme des piétons. « Non, non, c’est considéré comme un moyen de transport. Vous pouvez le voir en consultant le règlement affiché sur le quai. » Ah ouais, génial, il y a un règlement sur le quai, et tout le monde l’a lu bien sûr, surtout aux heures de pointe, c’est cela oui ! Donc je continue à expliquer ma surprise, et là il me sort « vous payez tout de suite, sinon c’est un procès-verbal et une amende de 90€ ». Pouf, c’est magique ! L’amende augmente de 30€ si tu n’es pas un gros riche avec une carte bancaire sur toi (et un compte en banque bien garni), ou si tu n’as pas assez de liquide sur toi. La RATP est décidément une entreprise humaine. Donc au bout d’un moment je suis bien obligé de m’acquitter de l’amende, on se sépare, et je lâche quand même avant de partir « c’est quand même du vol ».

J’ai pensé à contester l’amende, mais après avoir fait quelques recherches sur Internet, cela a l’air sans espoir. Donc la RATP a une police privée qui fait sa loi, avec ses règles qui ne sont pas les mêmes que l’on connaît dans la rue. Et quand on utilise leurs services, on n’a pas d’autre choix que de s’y soumettre. Hé bien ça sera sans moi. Vous avez gagné mesdames et messieurs de la RATP, je vais me désabonner au plus vite !

Edit : je ne retrouve plus mes sources en soutien à ce que j’affirme sur le statut du déplacement en roller, mais il y a au moins clairement un vide juridique. Un ou deux articles pour en savoir plus (merci à eux) :

Vus : 1012
Publié par slystone : 18