Quand je parle au lieu d'écrire

Que je vous rassure (si, toutefois, il reste du monde à rassurer) : je n'ai pas redisparu aussi vite que je suis revenu. J'ai plusieurs articles en cours de rédaction, qui seront publiés dès que possible. Néanmoins, plusieurs raisons font que ça me prend un peu plus de temps que ce que j'espérais : d'une part, une vie associative assez chargée, avec notamment le salon Primevère qui vient de se terminer et la préparation des prochaines Journées du Logiciel Libre. D'autre part, une certaine interdépendance entre mes articles. J'en commence un, puis je me rend compte en cours de route que je dois faire référence à ce que je voulais dire dans un autre, et donc, une fois le texte terminé, je le laisse de côté en attendant d'avoir rédiger l'autre article en question, pour les publier ensemble. De tierce part, il m'arrive de temps à autres d'évoquer des sujets pour lesquels je ne suis pas aussi sûr de moi qu'il le faudrait, et quand c'est le cas, je préfère me faire relire par quelqu'un de plus calé sur le sujet (voire de lui confier la plume lorsque cela permet de rendre les choses beaucoup plus intéressantes). Or, naturellement, tout le monde a ses propres soucis de disponibilités, et les avis de relectures mettent parfois du temps à arriver.

Tout ceci fait que mon dernier article sur ce blog date déjà d'il y a trois semaines, et qu'il va sans doute me falloir encore quelques jours avant de publier les suivants. On est loin du rythme d'un article par semaine que j'avais fut une époque et que je m'étais promis de retrouver. Bon, si j'en publie plusieurs d'un coup, en moyenne, on s'y retrouvera peut-être, mais peut-être faut-il, en attendant, dire un mot pour les quelques personnes qui viennent encore voir de temps en temps s'il y a du nouveau sur ce blog.


Alors, tant qu'à dire un mot, peut-être même puis-je en dire plusieurs, après tout. Pendant toute la période où j'ai perdu l'habitude de venir écrire ici, j'ai quand même pas mal parlé, puisque j'ai tenu plusieurs conférences dont je suis plutôt content. Il y en a même une que j'ai aimé au point de la faire deux fois.

Elle s'intitule « Sciences, Internet et Logiciel Libre », et le but est de mettre en lumière les parallèles assez fort qu'on peut faire entre ces trois domaines. En effet, au quotidien, l'activité de chercheur consiste à étudier ce qui est publié par d'autres, à proposer des modifications pour améliorer cette base de connaissance, et à partager les résultats ainsi obtenus. Résultats qui, comme je l'ai déjà souligné, doivent être laissés à disposition de l'ensemble de la société, qui doit décider ensuite de la façon dont on va les utiliser.

On retrouve très exactement les quatre libertés fondamentales qui forment la base du mouvement pour le logiciel libre (lequel, ce n'est pas un hasard, se trouve être né dans le milieu universitaire avant de se propager ailleurs). Le concept (nécessaire) de la neutralité du net trouve également ses bases dans ces mêmes quatre libertés, raisons pour laquelle les militants pour l'un sont généralement sensibilisés à l'autre.

Un point intéressant est qu'on ne trouve pas des proximités que de ce côté-ci. Ce qui met des bâtons dans les roues au bon fonctionnement de ces trois mouvements le fait aussi de manière assez similaire. Et la façon d'y répondre gagnerait sans doute à être commune.

Vous trouverez ici l'enregistrement de cette conférence lors du Jeudi du Libre d'octobre 2016 (ça dure deux heures, avec pas mal d'interactions avec le public, c'était assez sympa), et l'enregistrement effectué lorsque j'ai repris cette conf', cette fois en une heure, lors de l'Ubuntu Party 16.10 à la Cité des Sciences, à Paris(1). Notez que cette dernière version a fait l'objet d'une transcription par les gens de l'APRIL, que je remercie vivement au passage.


Peu après se déroulait l'édition 2016 de Capitole du Libre (après une édition 2015 qui avait été fortement perturbée, donnant lieu à un Bazar), et sur les quatre ou cinq propositions d'intervention que j'y avais envoyé, une seule(2) avait été retenue. Elle s'intitulait « Prêcher la bonne parole, ou partager librement nos idées ? »

Le but de cette conférence, reprenant notamment quelques éléments d'une conférence précédente déjà présentée ici et d'une conf' troll de 30 minutes effectuée lors des JdLL 2016(3) (mais aussi pas mal d'éléments nouveaux, hein), est de fustiger la tendance, parfois assez prononcée, de certains militants du logiciel libre et des mouvements assimilés (notamment un certain HackerSpace local) à se désintéresser totalement des sujets autres que nos geekeries, voire à se comporter, vis-à-vis des personnes non-encore sensibilisés à nos valeurs, comme des missionnaires devant évangéliser des sauvages.

Mais aussi et surtout (parce que bon, juste fustiger, ça ne servirait pas à grand chose) de pointer quelques parallèles intéressants à faire, et d'apporter quelques éléments de propositions pour sortir de la posture du prêche et se mettre à véritablement partager.

Cette conférence s'est déroulée le samedi après-midi et, lors de la soirée qui a suivi et le lendemain, j'ai eu droit à plusieurs retours positifs(4). N'hésitez pas à me faire part des vôtres, qu'ils le soient ou pas 😊 Vous trouverez la vidéo ici, et j'ai appris aujourd'hui que les mêmes gens de l'APRIL en ont également réalisé une transcription. Celle-ci est en cours de relecture, j'éditerai pour ajouter le lien définitif dès que je l'aurai. Voilà, c'est  !


La dernière conférence que j'ai eu l'occasion de donner a eu lieu pendant les dernières Expériences Numériques, à la Maison pour Tous des Rancy, sur le thème « Internet, c'est neutre ou pas ? » (titre finalement choisi, plus ou moins faute de mieux, après pas mal d'hésitation vis-à-vis d'autres trucs encore plus vaseux).

Ce devait être une conférence en duo, et mon partenaire habituel, rushou, n'ayant pas été dispo, c'est barthoi, un autre illustre membre d'Illyse, qui est venu me donner la réplique (il est moins bavard que moi, mais c'est sans doute parce qu'il n'a découvert les diapos, que j'ai préparées dans mon coin et à la bourre, qu'une petite demi-heure avant la conf', ça ne l'aidait pas à se préparer. Mais il s'en est très bien sorti quand même 😊 ).

Bref, la conf' essaye d'aborder cette notion de neutralité par plusieurs de ses angles, pour arriver à cette conclusion pas si paradoxale qu'elle n'y paraît : Internet est neutre, et c'est ce qui fait que ce n'est pas neutre. Comprenez par là (mais vous trouverez davantage d'explications en visionnant, bien entendu) que l'existence d'un outil neutre au sens de la neutralité du net a un effet notable sur la société, et qu'il s'agit donc d'un enjeu important à prendre en compte.

La vidéo, que ce même barthoi a rendu regardable, grâce lui en soit rendue, est disponible ici. Elle n'est, à ma connaissance, pas encore transcrite, et je ne suis pas sûr que les gens de l'APRIL poussent la bonté jusqu'à le faire alors que je n'y parle cette fois pas du tout d'eux, mais si vous voulez vous y mettre, n'hésitez pas à faire signe.


Dans chacune de ces trois conférences, j'ai présenté, sans forcément détailler autant qu'il le faudrait, Internet et le numérique en général comme la troisième grande révolution de l'humanité, après l'écriture et l'imprimerie. Cette idée, qui n'est bien sûr pas de moi (d'ailleurs, toute personne ayant assisté aux plus célèbres conférences de Benjamin Bayart connaît l'histoire des moines copistes de DVD), mais j'ai tendance à la réutiliser assez fréquemment.

Peut-être trop. Car, sans être détaillée, elle laisse peut-être entendre des choses pas forcément exactes (même si ça reste mieux que d'autres choses qu'on répète sans trop y réfléchir). En l'occurrence, cette idée demande à réfléchir un peu sur ce qu'est, exactement, une révolution, et quels sont les effets exacts du numérique à ce niveau et ce qui, exactement, dans ce domaine assez complexe qu'est le numérique en général, cause ces effets.

Ces points seront donc l'objet de ma prochaine conférence, qui aura lieu lors des Journées du Logiciel Libre 2017, les premier et deux avril prochain (le programme définitif devrait arriver en fin de semaine prochaine, on va notamment y passer une partie du week-end). Donc, si le sujet vous intéresse, n'hésitez pas à venir y assister. Elle s'intitulera sobrement (ou pas) « Le numérique : une révolution ? », et je tâcherai de mettre en ligne le lien de la vidéo dès que celle-ci sera visionnable.


En attendant, je pense que les quelques liens ci-dessus sauront vous faire patienter le temps que je finisse de rédiger de nouveaux articles. Mais je vais tout de même vous mettre en complément les liens vers quelques unes des ressources que je cite dans les slides : l'article du Pharmachien sur les produits de santé naturels, la vidéo de PhD Comics sur l'OpenAccess (que j'ai déjà liée ici plusieurs fois), Panique Algorithmique et Fakir contre le reste du Monde de Gee. N'hésitez bien sûr pas à parcourir le reste de ces blogs, ils valent tous les trois sacrément le coup.

Les liens vers les vidéos vous sont donnés, plus haut, sur des sites tiers. J'en ai bien sûr, à toute fin utile, réalisé des copies locales, qui se trouvent accessibles sur mon serveur dans le répertoire dans lequel nous nous trouvons ; mais, puisqu'il s'agit de vidéos de quelques centaines de mébioctets, je pense qu'il est inutile de donner le lien pour l'instant, le débit de téléversement de mon serveur étant plus limité que celui des trois autres.

Toutefois, je peux vous proposer ici les différents diaporamas : la première conf' (ce sont les slides retouchées pour l'UPP, ce qui doit se voir au thème utilisé), la seconde et la troisième (oh, à ce sujet : précisons pour les esprits chafouins que la comparaison finale impliquant la ligne Maginot ne relève pas de la loi de Godwin). Et en bonus, voici celles de la conf' troll. Si les sources vous intéressent, faites signe, je dois pouvoir mettre ça en ligne aussi.


À très vite.


Vus : 380
Publié par Elzen : 113